Qu’est-ce que la sauvegarde incrémentielle ?

La sauvegarde incrémentielle est un type de processus de sauvegarde dans lequel chaque sauvegarde subséquente ne contient que les modifications apportées depuis la précédente sauvegarde complète. Dans cet article, nous allons examiner les avantages et les inconvénients de l’utilisation de ce type de sauvegarde par rapport à d’autres options, et ce que les MSP et les professionnels de l’informatique doivent savoir sur l’utilisation des sauvegardes incrémentielles pour leurs clients et les environnements d’entreprise.

 

Quel est l’état des lieux de la sauvegarde aujourd’hui ?

 

Il n’y a pas un seul professionnel de l’informatique qui ne réalise pas aujourd’hui à quel point la sauvegarde des données est importante pour une entreprise. Une erreur humaine, une défaillance du système ou une cyberattaque peuvent entraîner une perte de données, et au rythme actuel des changements, il n’est pas rare de devoir sauvegarder ses données aussi souvent qu’une fois par jour. Cependant, toutes les entreprises ne suivent pas ce conseil, et les dernières statistiques montrent que 14 % des données ne sont pas sauvegardées du tout, tandis que 58 % des récupérations de données échouent. Un constat inquiétant.

 

Pourquoi les entreprises n’effectuent-elles pas régulièrement des sauvegardes complètes ?

 

Une sauvegarde complète offre la meilleure protection pour vos données, et c’est aussi la forme de sauvegarde la plus simple, où toutes les données sont stockées dans un seul fichier, ce qui rend la restauration plus rapide et le suivi plus facile.

 

Cependant, ce n’est pas la seule considération dont tiennent compte les décideurs et professionnels de l’informatique aujourd’hui. Il est beaucoup plus coûteux et long de faire une sauvegarde complète des données chaque jour ou chaque semaine, et l’espace de stockage est en réalité gaspillé lorsque la plupart des données sauvegardées n’ont pas changé par rapport à la sauvegarde précédente.

D’autres considérations concernent la sécurité. Avec une sauvegarde complète, toutes les données sont stockées en un seul endroit, et si une cyberattaque parvient à accéder à votre stockage de données, cela peut vous être fatal. C’est pourquoi de nombreuses entreprises recherchent des méthodes plus intelligentes, plus rentables et moins longues pour sauvegarder leurs données.

 

Comment les sauvegardes incrémentielles résolvent-elles ces problèmes ?

 

Contrairement à une sauvegarde complète, les sauvegardes incrémentielles sont beaucoup plus rapides et plus rentables. A chaque sauvegarde, vous ne stockez que les modifications qui ont été apportées depuis la dernière sauvegarde. Cette approche est généralement mise en œuvre parallèlement à des sauvegardes complètes périodiques, et elle repose sur une sauvegarde complète pour fonctionner. Ainsi, par exemple, vous pouvez avoir une sauvegarde complète tous les mercredis, et la sauvegarde incrémentielle du jeudi ne stockera que ce qui a changé entre mercredi et jeudi. La sauvegarde incrémentielle du vendredi stockera ce qui a changé entre le jeudi et le vendredi, et ainsi de suite. Si vous effectuez une sauvegarde complète une fois par semaine, le mercredi suivant, une autre sauvegarde complète sera effectuée.

 

L’un des inconvénients des sauvegardes incrémentielles est qu’il faudra plus de temps pour restaurer vos données, car il ne s’agit pas d’un fichier unique, et elles doivent être reconstituées à partir de toutes les versions uniques des modifications apportées au jour le jour. En outre, si l’une des sauvegardes échoue, vous risquez de vous retrouver avec des manques dans vos données. Par exemple, si vous n’effectuez une sauvegarde complète qu’une fois par mois, avec les sauvegardes incrémentielles, vous devrez souvent reconstituer 30 fichiers, et compter sur le fait qu’ils sont tous complets et propres.

 

Quelle est la différence entre les sauvegardes différentielles et incrémentielles ?

 

L’approche que nous avons décrite plus haut est légèrement différente d’une sauvegarde différentielle, qui sauvegarde toujours tout ce qui a été modifié depuis la dernière sauvegarde complète. Cela signifie que si vous effectuez cette sauvegarde complète comme d’habitude le mercredi, et que vous vous réalisez des sauvegardes différentielles entre les deux, votre sauvegarde du jeudi sauvegardera tous les changements des dernières 24 heures, et votre sauvegarde du vendredi sauvegardera tous les changements des dernières 48 heures, et ainsi de suite.

 

Cette méthode de sauvegarde est devenue assez populaire et permet de bénéficier du meilleur des deux mondes. Vous obtenez un temps de restauration plus rapide qu’avec les sauvegardes incrémentielles seules, car vous n’avez que deux conteneurs de sauvegarde, l’un avec la sauvegarde complète et l’autre avec la dernière sauvegarde différentielle. En revanche, avec les sauvegardes incrémentielles, vous avez un autre fichier pour chaque jour écoulé depuis la dernière sauvegarde complète. La sauvegarde différentielle est plus rapide que les sauvegardes complètes, et pourtant vous avez beaucoup moins de demande en termes de stockage et donc de coût. Bien que vous ayez toujours besoin de plus de stockage que les sauvegardes incrémentielles, dans le monde d’aujourd’hui, le stockage dans le cloud public peut être abordable et facile à adapter.

 

Un conseil : veillez à effectuer régulièrement une sauvegarde complète, car les sauvegardes différentielles deviennent de plus en plus volumineuses au fil du temps et occupent une quantité croissante d’espace de stockage.

 

Pour résumer, voici les avantages et les inconvénients de chaque type de sauvegarde :

 

Sauvegarde complète : offre une meilleure protection pour vos données, mais prend plus de temps et d’espace de stockage, c’est donc certainement le choix le plus coûteux.

 

Sauvegarde incrémentielle : Des fichiers plus petits signifient moins de stockage et de temps, mais ils comportent également le plus de risques et de complexité à utiliser lorsque vous avez besoin des données.

 

Sauvegarde différentielle : Moins de temps pour restaurer que les sauvegardes incrémentielles, mais peut nécessiter un espace de stockage plus important/une augmentation des coûts au fil du temps.

 

Comment établir les meilleures pratiques pour tester les sauvegardes ?

 

Quelle que soit l’approche que vous utilisez pour créer des sauvegardes, il est très important de mettre en place un processus pour les tester. Après tout, vos sauvegardes sont votre sécurité, votre bouton « en cas d’urgence – cliquez ici », et vous ne pouvez pas vous permettre de les perdre. En particulier si vous utilisez des sauvegardes incrémentielles, vous devez vous assurer que chaque fichier est propre et non corrompu, car vous n’avez qu’une seule chance de sauvegarder ces données.

 

Assurez-vous que vous utilisez l’automatisation ou des applications qui suivent les sauvegardes réussies, afin de vous montrer quand les sauvegardes échouent ou sont incomplètes. Atera intègre par exemple Acronis pour la sauvegarde et propose des messages d’erreur spécifiques afin que vous puissiez voir ce qui n’a pas fonctionné en cas de problème. Vous verrez par exemple des messages comme : « Il n’y a pas de données disponibles pour la sauvegarde » ou encore : « Aucun volume sélectionné pour la sauvegarde ».

Vous pouvez ensuite utiliser le portail d’assistance pour trouver votre message d’erreur et résoudre les problèmes éventuels afin de vous assurer que vous n’avez aucune faille dans la sauvegarde.

 

N’oubliez pas de définir un calendrier pour tester et vérifier les sauvegardes, en simulant un certain nombre d’événements potentiels, tels que des pannes de courant, des attaques de ransomware ou une simple erreur humaine. Ainsi, vous aurez deux longueurs d’avance avec un plan de réponse aux incidents solides si le pire se produit.