Générer un résumé avec l'IA

Avec la montée en puissance des cybermenaces en termes de fréquence et de gravité, le maintien d’une posture de sécurité résiliente exige une approche proactive et complète de la gestion des patchs. En 2024, les organisations seront confrontées à une myriade de défis, allant des exploits de type ” jour zéro ” aux vulnérabilités de la chaîne d’approvisionnement, mettant en évidence l’importance de garder une longueur d’avance.

Dans ce guide, nous présenterons sept meilleures pratiques de gestion des patchs du paysage actuel, donnant à votre organisation les moyens de minimiser l’exposition et d’améliorer la sécurité globale.

Qu’est-ce que la gestion des patchs ?

La gestion des patchs est le processus d’identification, d’acquisition, de test et d’application de mises à jour ou de patchs aux applications logicielles, aux systèmes d’exploitation, aux microprogrammes et aux autres composants technologiques de l’infrastructure informatique d’une organisation. Ces mises à jour concernent généralement les failles de sécurité, les bugs, les problèmes de performance et d’autres faiblesses susceptibles d’être exploitées par des cyberattaquants.

Un fait : les vulnérabilités apparaissent souvent dans les logiciels.

Un autre fait : de nombreuses vulnérabilités ne sont découvertes qu’après que le logiciel ait été publié et mis en œuvre par les organisations.

Ces logiciels peu sûrs augmentent le risque d’attaques et d’atteintes à la protection des données. Lorsque ces failles sont découvertes, les éditeurs publient des ” patchs ” que les utilisateurs doivent appliquer pour éliminer la vulnérabilité et renforcer la capacité du programme à résister aux cybermenaces.

L’objectif principal de la gestion des patchs est de s’assurer que les systèmes et les logiciels sont à jour avec les derniers patchs et améliorations de sécurité, réduisant ainsi le risque de failles de sécurité, de fuites de données et de compromissions de systèmes.

Cycle de vie du déploiement des patchs logiciels

Le cycle de vie du déploiement des patchs se compose de plusieurs étapes, notamment l’identification des appareils utilisant un logiciel, l’évaluation de l’absence de patchs sur ces appareils (analyse), l’identification des patchs manquants et le déploiement de ces patchs dès qu’ils sont disponibles.

La gestion des patchs englobe toute une série d’activités, notamment :

L’identification des correctifs : Surveillance des sites web des fournisseurs, des avis de sécurité et d’autres sources pour identifier les patchs publiés par les fournisseurs et les développeurs de logiciels.

L’acquisition des patchs : Téléchargement des patchs à partir de sources officielles ou utilisation d’outils de gestion des patchs automatisés pour obtenir les mises à jour nécessaires.

Test des patchs : Tester les patchs dans un environnement contrôlé, tel qu’un réseau de test ou un environnement virtualisé, afin d’évaluer leur compatibilité et de s’assurer qu’ils n’ont pas d’effets néfastes sur les systèmes de production.

Déploiement de patchs : Déploiement des patchs approuvés sur les systèmes de production en temps voulu, soit manuellement, soit à l’aide d’outils et de processus de déploiement automatisés.

Vérification des patchs : Vérifier que les patchs ont été appliqués avec succès et que les systèmes fonctionnent correctement après le processus de mise à jour.

Surveillance des patchs et établissement de rapports : Surveiller en permanence les systèmes pour détecter les nouveaux patchs et les vulnérabilités, générer des rapports sur l’état et la conformité des patchs, et résoudre les problèmes qui se posent.

Une gestion des patchs efficace est cruciale pour maintenir la sécurité et la stabilité des systèmes informatiques, en particulier face à des cybermenaces en constante évolution. Si les correctifs ne sont pas appliqués rapidement, les systèmes peuvent être exploités par des pirates, ce qui peut entraîner des violations de données, des interruptions de service, des pertes financières et des atteintes à la réputation. 

Par conséquent, les organisations doivent mettre en place de solides processus de gestion des patchs et allouer des ressources pour s’assurer que les systèmes et logiciels critiques sont rapidement mis à jour avec les derniers patchs de sécurité.

Les autres activités importantes du cycle de vie sont les suivantes :

  • Déterminer quels sont les correctifs essentiels en fonction de la vulnérabilité des actifs et de la criticité de l’entreprise.
  • Appliquer des patchs de test pour déterminer si le patch est sûr, fiable et stable pour une utilisation en production.
  • Obtenir l’autorisation de déployer les patchs.
  • Évaluer et documenter les résultats des tests
  • Documenter l’état d’un système avant et après l’application des patchs pour faciliter le dépannage ultérieur (en cas de problème).

Défis courants en matière de gestion des patchs

La gestion des patchs est un élément essentiel des programmes de cybersécurité des organisations et leur permet de maintenir une posture de sécurité solide. Cependant, c’est aussi l’un des processus les plus difficiles pour les équipes informatiques.

Voici quelques-uns des défis les plus courants en matière de gestion des patchs :

Expansion de l’environnement IT

Appliquer des patchs à quelques terminaux, logiciels ou systèmes d’exploitation est assez simple. Mais au fur et à mesure que la pile logicielle d’une organisation s’étend, la gestion des patchs peut devenir fastidieuse, chronophage et sujette aux erreurs si elle est effectuée manuellement.

Problèmes d’incompatibilité

Les nouveaux patchs ou mises à jour peuvent être incompatibles avec les logiciels ou le matériel existants, de sorte que leur application peut entraîner des problèmes de performance ou de fonctionnement qui se traduisent par des temps d’arrêt et des pertes de productivité. Pour éviter ces problèmes, certaines entreprises reportent les mises à jour, ce qui augmente le risque d’attaque.

Exceptions ou retards de maintenance

Selon une enquête, 61 % des professionnels de la sécurité ont déclaré que de nombreux propriétaires d’entreprises demandent des exceptions ou des fenêtres de maintenance repoussées. Le problème est qu’à chaque fois que cela se produit, une machine n’est pas incluse dans le processus de gestion des patchs, ce qui laisse la porte ouverte aux adversaires pour “armer” cette machine.

Travail à distance et informatique fantôme

Les employés qui travaillent à distance utilisent souvent des appareils ou des logiciels qui ne sont pas autorisés par l’équipe informatique ou qui lui sont invisibles. C’est ce que l’on appelle le “shadow IT”. La présence de l’informatique parallèle exacerbe les problèmes de patching, car l’équipe ne peut pas patcher ce qu’elle ne voit pas. Cela crée à nouveau de nombreuses vulnérabilités exploitables dans l’environnement informatique de l’organisation et augmente le risque d’attaque.

Trop de vulnérabilités, trop peu de ressources

L’équipe informatique moyenne ne peut tout simplement pas suivre le volume de vulnérabilités ou de patchs publiés chaque année, et encore moins hiérarchiser, tester et déployer chaque patch dès sa publication.

7 bonnes pratiques pour simplifier la gestion des patchs

Heureusement, les organisations peuvent minimiser la plupart des défis liés à la gestion des patchs en suivant ces quelques conseils :

Utiliser l’automatisation

Les outils de gestion informatique automatisés comme Atera aident les organisations à rationaliser la gestion des patchs, en améliorant son efficacité et ses résultats tout en réduisant la charge de travail de l’équipe informatique. Grâce à l’automatisation, les entreprises peuvent se tenir au courant de tous les correctifs logiciels actuels et s’assurer que les correctifs sont appliqués rapidement dès qu’ils sont disponibles.

Avec Atera, les responsables informatiques et les administrateurs peuvent créer des calendriers personnalisés pour chaque endpoint afin de mieux contrôler et d’optimiser le processus de gestion des patchs. Ils peuvent également séparer les tâches pour différents groupes de périphériques, rechercher et déployer des patchs en fonction de différents critères et créer des profils d’automatisation informatique spécifiques.

En outre, Atera automatise et simplifie de nombreuses tâches, notamment :

  • Les mises à jour d’applications tierces critiques
  • Installation de logiciels sur plusieurs points d’extrémité
  • Déploiement d’offres groupées existantes sur de nouveaux agents et appareils
  • Patchs logiciels Windows, Mac et Linux sur les appareils des utilisateurs 
  • Mises à jour des pilotes
  • Tâches de maintenance

Grâce à une plateforme unique et à des capacités d’IA de pointe, les équipes informatiques et de sécurité peuvent surveiller et gérer les patchs à distance, découvrir les réseaux et créer des tickets. Tout cela simplifie davantage la gestion des patchs et contribue à renforcer les défenses de l’organisation.

Créer une politique de gestion des patchs complète et claire

Une politique détaillée et actualisée joue un rôle important dans la gestion des patchs. Elle fournit un ensemble de directives et de pratiques claires pour la gestion des patchs. Le respect de ces lignes directrices aide les organisations à simplifier le processus d’application des patchs et à s’assurer que tous les patchs sont appliqués de manière efficace et sécurisée.

Créer un inventaire des actifs et les classer par niveau de risque

Un inventaire actualisé des actifs permet d’améliorer la visibilité de l’environnement informatique afin que les équipes informatiques et de sécurité puissent mieux comprendre quels actifs doivent être protégés. Pour les inventaires importants, il est utile de classer les actifs en fonction de leur criticité et de leur niveau de risque. La catégorisation facilite la détermination des patchs à déployer en priorité, assure un déploiement efficace des patchs et évite les pertes de temps et de ressources.

Créer des groupes de maintenance des actifs

Le regroupement d’actifs similaires ou d’actifs ayant des exigences similaires en matière de patches et de maintenance – smartphones, ordinateurs portables, applications en nuage, etc. – peut améliorer la rapidité et l’efficacité du processus de patching. Les groupes permettent également d’accélérer la correction des vulnérabilités.

Suivre les mises à jour et les annonces des fournisseurs

Les éditeurs de logiciels publient et annoncent fréquemment de nouveaux patchs. Les organisations doivent suivre ces annonces pour s’assurer que les patchs sont testés et installés à temps. Les fonctionnalités de gestion des patchs d’Atera, alimentées par l’IA, fournissent des notifications sur les correctifs disponibles, ce qui permet aux équipes de sécurité de se tenir facilement au courant des nouveaux patchs.

Tester les patchs avant de les déployer

Parfois, les patchs peuvent être adaptés aux plateformes ou à l’environnement informatique d’une organisation. Pour éviter les problèmes d’incompatibilité, les pannes de système et d’autres problèmes, il est conseillé de tester les correctifs avant de les déployer. Idéalement, les tests devraient être effectués en laboratoire avant d’être appliqués à l’environnement de production.

Créer une sauvegarde de l’environnement de production

Malgré toutes les précautions prises, un problème peut survenir lors de l’application des patchs. Pour éviter de perdre des données et toutes les modifications ou personnalisations apportées aux logiciels existants, il est crucial de prendre une sauvegarde de l’ensemble de l’environnement de production avant de déployer le patch. Il est également conseillé de créer un processus de reprise après sinistre pour permettre une reprise rapide en cas d’échec du déploiement d’un patchs.

Créer des groupes de maintenance des actifs

Le regroupement d’actifs similaires ou d’actifs ayant des exigences similaires en matière de patches et de maintenance – smartphones, ordinateurs portables, applications en nuage, etc. – peut améliorer la rapidité et l’efficacité du processus de patching. Les groupes permettent également d’accélérer la correction des vulnérabilités.

Il est facile de mettre en œuvre ce processus grâce aux automatisations intelligentes fournies par le logiciel de gestion informatique d’Atera, alimenté par l’IA. Avec Atera, vous pouvez mettre en œuvre et gérer automatiquement les patchs de vos appareils et systèmes d’exploitation grâce à des calendriers personnalisés, des informations granulaires sur la posture en matière de patchs et la puissance de l’IA.

Pour savoir comment Atera peut vous aider à réduire les problèmes liés aux correctifs, à renforcer la sécurité et à maîtriser totalement votre environnement informatique, essayez Atera gratuitement, sans carte de crédit ! 

Cela a-t-il été utile ?

Articles connexes

Comment choisir la bonne solution de gestion des patchs ?

Lire

Gestion des correctifs : conseils et bonnes pratiques

Lire

Optimisez votre équipe avec l'IA en IT.

Exploitez la puissance de l'IA pour décupler l'efficacité de votre informatique et libérez votre organisation des limites d'hier.