Générer un résumé avec l'IA

Hyper-V est la réponse de Microsoft à la virtualisation du matériel, et vous permet d’exécuter des machines virtuelles complètes avec un système d’exploitation, des applications et des programmes, chacune dans son propre environnement isolé. Une maintenance continue est nécessaire pour assurer performance et sécurité. Mais l’application de correctifs à l’Hyper-V n’est pas sans quelques difficultés. Voyons comment utiliser l’Hyper-V, et ce que vous pouvez faire pour maintenir à jour la gestion des correctifs sur les environnements hôtes et invités.

 

À quoi servent les machines virtuelles Hyper-V en entreprise ?

Les machines virtuelles Hyper-V sont utilisées pour créer ou développer votre environnement de cloud privé. Vous pouvez utiliser des ressources partagées pour créer un service extrêmement flexible et le faire évoluer en fonction de vos besoins avec une utilisation adaptée à votre demande. En ce qui concerne le matériel, Hyper-V offrant plus de puissance et de contrôle, vous pouvez alors réduire le nombre de serveurs ainsi que la charge de travail dont vous avez besoin. Obtenir plus avec moins. Il n’est pas nécessaire d’acheter et de conserver du matériel au sens physique du terme – laissez Microsoft s’en charger pour vous, et concentrez-vous sur les objectifs de la machine virtuelle.

De nombreuses entreprises et organisations utilisent Hyper-V pour créer une infrastructure de bureau virtuelle, à l’aide d’Hyper-V et de RD Virtualization, le tout sur le même serveur. Ainsi configurés, les postes de travail virtuels personnels peuvent être utilisés par tous vos employés ou utilisateurs finaux. En tant que MSP vous bénéficierez ainsi d’une meilleure visibilité, d’une plus grande souplesse, d’une sécurité accrue et d’une meilleure conformité.

Mise à jour des machines virtuelles hôtes et invités Hyper-V

Si vous travaillez dans l’informatique, vous connaissez déjà le terme “Patch Tuesday“, qui désigne le deuxième mardi du mois où Microsoft (et de nombreux autres géants de la technologie) publient leurs correctifs. De votre côté, l’importance de la gestion des correctifs n’a probablement plus besoin d’être expliquée : il s’agit de maintenir les performances des différents systèmes et les protéger des cyberattaques.

Bien entendu, tout programme de correctifs doit tenir compte des perspectives de performances et/ou de temps d’arrêt du système pour vos clients ou utilisateurs finaux. En ce qui concerne l’Hyper-V, lorsque vous appliquez un correctif, aucun service ou application ne devrait être mis hors ligne, sauf pendant la phase de redémarrage du processus de correction. Cependant, si vous appliquez un correctif au système d’exploitation de gestion, cela pourrait avoir un impact sur les performances de vos machines virtuelles, en particulier si vous avez une forte utilisation des ressources comme l’activité du disque.

La façon dont les machines virtuelles invitées sont gérées dépend de leur disponibilité élevée (ou HA pour Highly Available en anglais). Si elles sont hautement disponibles, les machines seront automatiquement traitées par le service de cluster avant que l’hôte Hyper-V ne s’éteigne. Elles sont ensuite transférées lors du redémarrage de l’hôte. Si vos machines virtuelles invitées ne sont pas HA, le système local décidera de leur sort, par exemple en sauvegardant l’état, puis en suivant l’action de démarrage automatique qui a été prédéfinie.

 

Application de correctifs à l’Hyper-V

Lorsque vous envisagez une gestion des correctifs, vous devez impérativement trouver un équilibre entre l’application manuelle de tous les correctifs, qui prend un temps excessif et expose le système à un risque élevé en raison des erreurs et autres écarts des techniciens, et l’application automatique de correctifs dès qu’ils sont disponibles, ce qui vous expose au risque de voir certains correctifs défectueux introduits dans votre environnement informatique.

Une façon de gérer cet équilibre est de créer un délai, que ce soit en utilisant un environnement de test qui crée une réplique votre environnement de production, ou en mettant d’abord à jour une petite section avant de déployer les correctifs sur l’ensemble de votre environnement. Vous pouvez également configurer l’automatisation des correctifs pour vérifier les correctifs et les déployer à une date donnée, par exemple les correctifs critiques de façon immédiate, et les correctifs moins critiques de façon programmée.

Corrections des hôtes et des invités

En matière de machine virtuelle, il existe une différence entre l’approche de la correction des hôtes et celle des invités. Alors que ces derniers fonctionnent sur les machines virtuelles et sont assez simples à corriger (considérez-les comme n’importe quel autre système physique dans votre routine de correction), il peut être plus compliqué de corriger l’hôte, qui fonctionne directement sur le matériel. Par conséquent, toute interruption de service de l’hôte aura également des répercussions sur les machines virtuelles invitées.

Tout d’abord, demandez-vous quelle est l’action d’arrêt automatique de vos machines virtuelles. Si elles sont toutes configurées pour être sauvegardées, votre programme de correction n’aura pas d’impact durable sur les performances des invités. Lorsqu’un hôte est mis hors ligne en raison de l’application d’un correctif, la machine virtuelle sera sauvegardée et reprendra son activité normalement lorsque l’hôte sera redémarré et remis en ligne.
Si, d’un autre côté, certains de vos invités sont configurés pour s’arrêter, vous ne voulez pas que la planification des correctifs de l’hôte interfère avec la machine virtuelle des invités. Si vous pouvez planifier la mise à jour de l’hôte à un jour ou une heure donnée, et celle des invités à un moment ultérieur, il est moins probable qu’un arrêt de l’hôte entraîne une interruption de l’activité des invités. Bien sûr, cela double la durée d’indisponibilité de vos serveurs, pour la mise à jour de l’hôte et pour les machines virtuelles des
invités. Il n’existe actuellement aucun moyen simple de coordonner la mise en place simultanée de correctifs pour l’hôte et l’invité, ce qui permettrait d’offrir un temps de redémarrage unique.

 

Meilleures pratiques pour l’application de correctifs aux environnements VM

Tout d’abord, assurez-vous que vous utilisez Hyper-V Server et non Windows Server, car Hyper-V ayant moins de correctifs. Réfléchissez aux moyens de minimiser les rôles et les services afin que la gestion des correctifs ait moins d’impact sur l’activité. Par exemple, et dans la mesure du possible, exécutez tout ce qui peut se trouver à l’intérieur d’un invité en dehors du système d’exploitation de gestion, car c’est là que les correctifs pourraient avoir un effet d’entraînement sur les services invités.
Quel que soit le processus que vous choisissez, veillez à communiquer tout impact du temps d’arrêt sur vos utilisateurs finaux. Ils apprécieront votre transparence et se sentiront plus maîtres de la situation s’ils peuvent choisir le moment de l’arrêt ou s’ils savent que vous travaillez dans l’optique de la continuité de leurs activités.

Pour en savoir plus sur la mise en place de l’automatisation de la gestion des correctifs dans la plateforme Atera, consultez cet article de notre centre de support.

Cela a-t-il été utile ?

Articles connexes

Quelles sont les KPI des professionnels de l’informatique ?

Lire

Que devez-vous savoir sur Atera pour les services informatiques ?

Lire

Documentation informatique : son importance et comment la choisir ?

Lire

“C’est la fin des départements informatiques” Rien de moins sûr ! 7 raisons pour lesquelles les départements informatiques sont destinés à rester

Lire

Optimisez votre équipe avec l'IA en IT.

Exploitez la puissance de l'IA pour décupler l'efficacité de votre informatique et libérez votre organisation des limites d'hier.